serie espace

Top 15 des Meilleurs Séries sur l'Espace

de lecture - mots

En ces périodes difficiles, il n'est pas rare que les gens souhaitent que nous trouvions tous un moyen d'appuyer sur un bouton de réinitialisation important et de recommencer la décennie à zéro. Entrez dans la science-fiction, le genre télévisuel qui nous permet à la fois de nous évader du présent et de nous inquiéter de l'avenir. Des classiques comme le premier Star Trek de 1966 (et toutes les séries qui ont suivi) aux séries plus récentes comme The 100 (un drame pour adolescents qui rencontre une série de réalité post-apocalyptique), les possibilités que nous offre un avenir pas si lointain ne manquent pas.

Il est donc normal que tant de séries de science-fiction se déroulent dans l'espace, cette vaste et inconnue frontière qu'Elon Musk et Jeff Bezos s'efforcent actuellement de dominer. Mais de nos jours, les séries basées dans l'espace vont bien au-delà du royaume des oreilles pointues et des petits hommes verts ; dans la nouvelle série originale de Netflix, Away, le futur est maintenant, et être un voyageur de l'espace est un travail de la même manière qu'être un consultant est un travail : il nécessite beaucoup de temps loin de la famille, et de longues heures passées dans les airs.

Ici, nous avons rassemblé quelques-unes des meilleures séries télévisées sur l'espace des dernières décennies en prévision de ce nouveau venu dans le genre de la science-fiction. Des classiques du dessin animé aux séries cultes, voici les séries qui vous feront vibrer lorsque vous serez prêt à jeter l'éponge sur la planète Terre et à plonger plutôt dans le sombre inconnu

15. Dark Matter

Créé par : Joseph Mallozzi, Paul Mullie
Les étoiles : Melissa O'Neil, Anthony Lemke, Alex Mallari Jr, Jodelle Ferland, Roger Cross, Zoie Palmer, Marc Bendavid
Réseau original : Syfy (États-Unis), Espace (Canada)

Inspiré de la série de BD Dark Horse du même nom, Dark Matter débute lorsque six personnes se réveillent à bord d'un vaisseau spatial sans aucun souvenir de qui elles sont ou de la façon dont elles se sont retrouvées là. Suivent trois saisons d'aventures qui font monter progressivement les enjeux tout en se concentrant sur le développement de glorieux personnages. Car quand on ne sait pas si on est un héros ou un méchant, il faut redéfinir son identité. Dark Matter compte également trois protagonistes féminines superbes, dont l'un des androïdes les plus attachants de la télévision. C'est donc avec découragement que Syfy a pris la décision à courte vue d'annuler l'émission. Nous avons besoin d'un plus grand nombre d'actrices en trois dimensions sur nos écrans, et la matière noire les a en abondance. Heureusement, vous pouvez toujours vous bourrer la gueule chaque saison sur Netflix. -Frannie Jackson

14. Star Trek : la série originale

Créé par : Gene Roddenberry
Les étoiles : William Shatner, Leonard Nimoy, DeForest Kelley, James Doohan, Nichelle Nichols, George Takei, Walter Koenig
Réseau original : NBC

Ce qui a commencé par un discours de l'écrivain et producteur Gene Roddenberry sur un petit vaisseau spatial explorant la galaxie est devenu un phénomène culturel mondial qui inspire des millions de spectateurs (ainsi que des astronautes, des scientifiques et des inventeurs) depuis plus d'un demi-siècle. Une franchise de plusieurs milliards de dollars couvrant huit séries télévisées, 13 films, d'innombrables livres, bandes dessinées, magazines et jeux vidéo - tout commence ici. Quatre notes de ping-pong retentissent dans le silence de l'espace. La voix du capitaine James T. Kirk (William Shatner) résonne soudain parmi les étoiles, expliquant la mission de cinq ans de son équipage par une narration en voix off. Leur vaisseau est le Starship Enterprise, qui apparaît dans toute sa gloire, en orbite autour des planètes et voyageant à haute vitesse, plus vite que tout ce que le public des années 1960 avait jamais vu, aussi vite que le progrès lui-même. Une soprano d'opéra extraterrestre se met soudain à gémir, puis la chanson thème du compositeur Alexander Courage, puis les titres : STAR TREK. Tout dans cette nouvelle émission de science-fiction allait briser le moule, de la diversité des acteurs à la direction artistique, en passant par les intrigues qui poussent à la réflexion. À la fin de la saison 2, lorsque la nouvelle s'est répandue que Star Trek risquait d'être annulée, NBC a reçu des centaines de milliers de lettres de protestation de fans, dont des médecins, des professeurs et même le gouverneur de New York Nelson Rockefeller. La série originale sera annulée en 1969, le dernier épisode étant diffusé moins de deux mois avant la mission habitée réussie d'Apollo 11 sur la Lune. Mais son effet a été permanent et incommensurable. Roddenberry avait construit une série qui osait affronter l'inconnu, surmonter des défis impossibles et étendre les conventions sociales pour le mieux. Son rêve d'avenir a préparé le terrain pour une série qui allait audacieusement aller là où aucune autre série télévisée n'était allée auparavant. -James Charisma

13. The expanse

Créé par : Mark Fergus et Hawk Ostby
Les étoiles : Thomas Jane, Steven Strait, Shohreh Aghdashloo, Paulo Costanzo
Réseau original : Syfy / Amazon

Dans The Expanse de Syfy, Mars et la Terre sont deux superpuissances qui s'affrontent pour prendre le dessus technologique, tandis que ceux qui vivent dans la ceinture d'astéroïdes exploitent les ressources des planètes les plus privilégiées et deviennent de plus en plus enclins à la radicalisation.

Cela vous semble familier ? Dans son rapport avec notre propre époque d'autoritarisme, la série propose une sorte de récit qui semble essentiel : Elle parvient à dresser le portrait d'un univers divisé sans dénigrer un groupe et à élever l'autre au rang de dieu, comme en témoignent les complexités du détective Joe Miller (Thomas Jane) ou du fonctionnaire des Nations unies Chrisjen Avasarala (Shohreh Aghdashloo). L'Etendue nous montre un avenir possible, un avenir dans lequel les femmes peuvent être des leaders sans le moindre souci, dans lequel des groupes racialement divers peuvent s'unir pour une cause commune, mais c'est aussi un avertissement sur la nécessité de garder les institutions sous contrôle, de reconnaître les inégalités partout où elles peuvent exister, afin d'éviter les erreurs du passé. En d'autres termes, c'est une télévision incontournable pour notre époque. -Elena Zhang

12. Red Dwarf

Créé par : Rob Grant, Doug Naylor
Les étoiles : Craig Charles, Chris Barrie, Danny John-Jules, Robert Llewellyn, Chloë Annett, Norman Lovett, Hattie Hayridge
Réseau original : BBC Two

Les Britanniques ont une façon unique de transformer la fin de la race humaine en un rire. Et comme le Guide de l'auto-stoppeur dans la galaxie, le Red Dwarf voit la race humaine réduite à une seule population avec des résultats hilarants. Dave Lister, qui est plus un riff sur l'Odd Couple que les équipages des vaisseaux spatiaux, se réveille trois millions d'années après que le reste de l'équipage du Red Dwarf ait été tué par une fuite de radiations pour se retrouver seul dans un vaisseau minier titanesque, à l'exception d'un hologramme, d'un chat et d'un robot. Lister et ses compagnons inhumains ont connu trop de péripéties sur leur chemin du retour vers la Terre (ou vers sa petite amie, selon ce qui se passe en premier) pour les raconter ici, mais au moins, le Liverpudlian de la classe ouvrière a eu droit à son poulet vindaloo tant convoité. La série bien-aimée a duré cinq ans avant sa première interruption, et a été relancée trois fois depuis. -Ellie Decker & JD Jordan

11. Lost in space

Créé par : Irwin Allen
Les étoiles : Molly Parker, Toby Stephens, Maxwell Jenkins, Taylor Russell, Mina Sundwall, Ignacio Serricchio, Parker Posey
Réseau original : Netflix

Molly Parker et Parker Posey de Lost in Space génèrent à peu près la même excitation que les séquences d'action (nombreuses et surtout efficaces) de la série. Leur moteur n'est pas la force du soldat, telle que représentée par John Robinson, le bourru de Toby Stephens, mais la logique du scientifique (Parker), la ruse de l'escroc (Posey), le sens de la résolution des problèmes de Will (Maxwell Jenkins) et de ses sœurs aînées, Penny (Mina Sundwall) et Judy (Taylor Russell). De l'utilisation du magnésium pour faire fondre la glace à la réquisition d'un "char" - un croisement entre une Jeep et un réservoir - en passant par la détermination de la cause de la panne du moteur, les Robinson sont à leur meilleur pour démêler les dilemmes, plutôt que de les résoudre à l'explosif. À un moment donné, face à un calcul plus compliqué que prévu, Maureen fait la grimace : "Je vais avoir besoin d'un tableau blanc plus grand", et cela résonne comme la proposition centrale de Lost in Space : Qu'il y a de la place dans le genre, et même à la télévision, pour que la "science" dans la science-fiction soit plus que l'expression des pires instincts de l'humanité. En fait, bien qu'il ait été décrit (sans exagération) comme "plus sombre" que l'original d'Irwin Allen, qui a été diffusé sur CBS de 1965 à 1968, les changements les plus importants dans le remake de Netflix - la vedette de Parker, le casting de Posey - reflètent plus de profondeur que de ténèbres, du moins pas les ténèbres pour elles-mêmes. Mis à part la première de la série, Maureen est l'égale de John, voire parfois la figure dominante de leur relation, qui s'avère beaucoup plus épineuse qu'il n'y paraît. -Matt Brennan

10. For all mankind

Créé par : Ronald D. Moore, Matt Wolpert, Ben Nedivi
Les étoiles : : Joel Kinnaman, Michael Dorman, Wrenn Schmidt, Sarah Jones, Shantel VanSanten, Jodi Balfour
Réseau original : Apple TV+

L'Amérique n'a jamais perdu avec grâce. L'exploration d'histoires alternatives où l'Amérique perd implique généralement la position morale du pays vaincu par un grand mal politique. Les nazis gagnent la Seconde Guerre mondiale ; les Britanniques répriment la révolution. Mais que se passerait-il si la perte était plus compliquée que cela ? Plus grise sur le plan idéologique. Moins centré sur la vérité et la justice de Superman, et plus sur son American Way. Apple TV+ pose cette question avec alt-history For All Mankind's opening, où l'Union soviétique étourdit un monde de spectateurs en battant les États-Unis sur la lune, et y répond par un drame passionnant consacré à la poursuite imparfaite de la grandeur.

Il est certainement approprié pour une émission sur les meilleurs pilotes du monde d'avoir un grand épisode de pilote, mais son succès précoce est égal à une émission où la politique et la science se ramifient de manière agréable pour les drogués de l'espace et les astro-noeuds. Les effets tentaculaires de papillons sociopolitiques - comme la façon dont l'administration Nixon réagit à la perte de la première étape de la course à l'espace et en est affectée - ne sont qu'un des plaisirs que l'on retrouve dans la création de Ronald D. Moore, Matt Wolpert et Ben Nedivi.
La NASA, poussée autant par un président qui a besoin d'une victoire politique que par sa propre fierté blessée, tire pour la science-fiction. Et l'écriture est intelligente. Le patriotisme potentiellement saccharine rah-rah est miné par des espoirs déçus et un besoin omniprésent d'exceptionnalisme américain qui, dans cette version des faits, s'avère faux. Au lieu de cela, la série travaille à une nouvelle culture nationale à grande échelle et à des dignités silencieuses et travailleuses à petite échelle. L'Amérique revient à ses racines de scrapbooking à travers son programme spatial.
Ces éléments de rebut (à la limite de l'irresponsabilité) - des employés du gouvernement faisant de leur mieux sur ordre de leurs seigneurs suprêmes - voient une puissance se transformer en outsider. Rien n'est plus humanisant que d'essayer de percer avec l'équipement du plus bas soumissionnaire. Éviter le vrai nigaud en montrant les cicatrices laissées par le programme (les ratages, les décès, les quasi-accidents, les relations malsaines) vaut au spectacle ses moments les plus émouvants. Plutôt que d'être un pur reflet doré, For All Mankind vous fait sourire et pleurer en même temps, étonné que l'humanité ait accompli tant de choses malgré toutes ses mesquineries stupides. Contrairement au programme spatial qu'il suit, For All Mankind poursuit la grandeur, réussit, et plante un drapeau Apple pour que le monde entier le voie.-Jacob Oller

9. Les Jetsons

Créé par : William Hanna, Joseph Barbera
Les étoiles : : George O'Hanlon, Penny Singleton, Janet Waldo, Daws Butler, Mel Blanc, Don Messick, Jean Vander Pyl, Howard Morris
Réseau original : ABC

Rencontrez George Jetson ! En traversant les nuages d'Orbit City dans sa soucoupe volante, il part au travail le matin avec sa famille. Il dépose son fils, Elroy, à l'école primaire, sa fille adolescente, Judy, au lycée, et sa femme, Jane, au centre commercial. Il arrive sur un trottoir roulant pour son travail dans une entreprise de roues dentées, où il lui suffit d'appuyer sur des boutons. C'est l'avenir des Jetsons, l'équivalent des Flintstones à l'ère spatiale, où tout le monde vit dans des plates-formes surélevées de type Space Needle au-dessus de la Terre et où la technologie n'est pas seulement banale, c'est un mode de vie. Comme pour The Flintstones, le décor est moins le sujet de commentaires sociaux qu'une toile de fond pour le format sitcom de l'émission et une excuse pour les blagues et gags d'époque. Une grande partie de la technologie que nous utilisons régulièrement aujourd'hui n'existait pas au moment de la production de The Jetsons, notamment les téléphones portables, les ordinateurs personnels et l'Internet. Mais dans le monde d'aujourd'hui, où tout le monde a le nez dans un ordinateur portable ou un iPhone, il est agréable de ne pas voir tout le monde faire de même dans la version du futur des Jetsons. Malgré tous les avantages du XXIe siècle, il se peut que nous ayons encore des choses à faire en grandissant. -James Charisma

8. The 100

Créé par : Jason Rothenberg
Les étoiles : Eliza Taylor, Marie Avgeropoulos, Bob Morley, Isaiah Washington, Henry Ian Cusick, Lindsey Morgan, Richard Harmon, Zach McGowan
Réseau original : Le CW

La centaine, c'est ce qui arrive quand on combine un drame classique pour adolescents de la CW (ou, pour aller un peu plus loin, un drame pour adolescents de la WB) plein de personnages dynamiques avec une terminologie de science-fiction fantaisiste, des visuels vifs et des intrigues vraiment compliquées. La série, qui a été diffusée pour la première fois sur la CW en septembre 2014, se déroule 97 ans après l'apocalypse nucléaire, alors que des milliers de survivants vivent aujourd'hui dans une station spatiale incroyablement grande appelée l'Arche. Comme ultime tentative pour déterminer si la Terre est encore habitable ou non, les autorités envoient 100 jeunes détenus sur la planète pour survivre ou mourir en essayant. Pendant son séjour sur Terre, la cohorte vraiment attirante rencontre quelques groupes différents qui ont en fait survécu à l'apocalypse : les Faucheurs, qui se sont organisés en clans ; les Faucheurs, qui sont maintenant cannibales grâce aux Hommes des montagnes ; et les Hommes des montagnes, qui sont essentiellement les descendants des piments de l'apocalypse ultime, ceux qui se sont enfermés avant l'apocalypse. Le chaos s'installe lorsque les différents groupes entrent en collision, mais à la fin de la septième saison, il y a un autre groupe dont les jeunes doivent s'inquiéter : les humains d'un autre monde, les Disciples. Le genre de série qui vous aspire et vous recrache dans une autre réalité, The 100 n'est pas pour ceux qui cherchent simplement à tremper leurs orteils dans une nouvelle série. Entrez ou perdez-vous. -Joyce Chen

7. Farscape

Créé par : Brian Henson, Rockne S. O'Bannon
Les étoiles : Ben Browder, Claudia Black, Virginia Hey, Anthony Simcoe, Gigi Edgley, Paul Goddard, Lani Tupu, Wayne Pygram, Jonathan Hardy
Réseau original : Syfy (Sci-Fi)

L'astronaute moderne John Crichton (noms de science-fiction) teste un avion expérimental lorsqu'il est projeté à travers un vortex et se retrouve dans un vaisseau spatial vivant appelé Moya avec un équipage qui tente désespérément d'échapper aux fascistes de l'espace appelés pacificateurs. Farscape est un drame spatial mené par un ensemble, dans la veine de Firefly. Contrairement à Firefly, il a plus d'une saison. Les épisodes explorent les prémisses de la science-fiction comme les réalités alternatives, les extraterrestres omnipotents et les space bugs (vous savez, ces insectes de l'espace) tout en développant chacun des membres de l'équipage de Moya et en complétant leurs histoires. Pensez à Mass Effect si Shepard a fait un tas de références à la culture pop ringarde. De plus, si le vaisseau spatial vivant ne vous a pas averti, les choses deviennent assez bizarres, et parfois assez stupides. -Harry Mackin

6. The Mandalorian

Créé par : Jon Favreau

Les étoiles : Pedro Pascal, l'enfant

Réseau original : Disney+

Comme on peut s'y attendre d'une propriété de Star Wars, un univers fantastique complet nous est immédiatement présenté ici, rempli de personnages intéressants et d'arrière-plans animés. C'est une émission de télévision d'une qualité cinématographique indéniable, et elle est vivante : les choses cliquent et vrombissent et bleep et boop aux côtés de bavardages étrangers et d'une foule de créatures intéressantes. Le monde du Mandalorian se sent immédiatement habité, nous plongeant en plein dans l'histoire du chasseur de primes Mando lui-même (Pedro Pascal) et de l'Enfant (alias Baby Yoda) aux pouvoirs inconnus qu'il doit protéger lors de ses voyages à travers la galaxie.

Avec des épisodes merveilleusement courts qui jouent avec plusieurs genres différents, The Mandalorian est à la fois chaleureux et bourré d'action, peu peuplé de personnages qui, même s'ils sont de courte durée, laissent tous une marque mémorable. On ne peut pas en dire assez sur la voix rauque de Pascal, car il fait en quelque sorte du Mando masqué (dont on ne voit le visage qu'à la toute fin) un personnage pleinement réalisé. Et pourtant, le spectacle lui est absolument volé par une minuscule marionnette dont tous les acteurs de la production (y compris Werner Herzog) et tous les spectateurs sont devenus obsédés. Le choix de Favreau d'ancrer autant que possible la série dans des effets pratiques (y compris L'enfant, le summum de la forme) a été déterminant pour que cette histoire sur un groupe hétéroclite de voyageurs de l'espace se sente merveilleusement tangible et émotionnellement ancrée. -Allison Keene

5. Doctor Who

Créé par : Sydney Newman, C. E. Webber, Donald Wilson
Les étoiles : Christopher Eccleston, David Tennant, Matt Smith, Jodi Whitaker, Peter Capaldi

Réseau original : BBC

Lancé à l'origine en 1963, Le Docteur est revenu à l'écran en 2005, voyageant dans le temps et l'espace dans le TARDIS, une boîte de police bleue, désuète et étonnamment spacieuse. Les effets spéciaux se sont peut-être un peu améliorés, mais le camp est resté le même. Avec Russell T. Davies à la barre et David Tennant jouant le 10e médecin, le spectacle n'a jamais été aussi bien. Maintenant, il y a un nouveau docteur, Jodie Whittaker, la première femme à jouer le rôle, pour continuer et faire évoluer la tradition.
Pour sa deuxième saison en tant que showrunner, Chris Chibnall n'a pas hésité à jouer avec les 75 ans de canon du Docteur Who qui ont précédé son règne, mais la charmante représentation maniaque du Docteur par Whitaker lui a donné une certaine couverture auprès des fans. Et surtout, il a su garder son intérêt, nous surprenant avec une nouvelle incarnation historique du Docteur, et une révélation massive sur l'histoire de l'origine du Docteur dans la finale de la série 12, "The Timeless Children" - avec non seulement un, mais deux des plus grands ennemis du Docteur. En fin de compte, la nouvelle équipe a permis à la série de science-fiction de rester aussi fraîche et vitale que jamais. -Josh Jackson

4. Firefly

Créé par : Joss Whedon
Les étoiles : Nathan Fillion, Gina Torres, Alan Tudyk, Morena Baccarin, Adam Baldwin, Jewel Staite, Sean Maher, Summer Glau, Ron Glass
Réseau original : Fox

Josh Whedon est, sans aucun doute, un conteur visionnaire. L'esprit compliqué qui a imaginé Buffy la tueuse de vampires avait les yeux tournés vers l'avenir lorsqu'il a créé Firefly en 2002 ; aujourd'hui, près de 20 ans plus tard, il est difficile de ne pas reconnaître que beaucoup de ce que la série éphémère de Whedon avait prédit est plus possible que jamais. La série se déroule en l'an 2517, après que l'homme ait dématérialisé son système solaire actuel pour en faire un nouveau système stellaire avec ses propres règles et normes. Le titulaire Firefly fait référence à un équipage renégat de neuf personnes qui vivent sur Serenity, un vaisseau spatial de classe "Firefly". Dans ce futur, les États-Unis et la Chine sont les deux seules superpuissances survivantes, et elles ont maintenant fusionné en un gouvernement fédéral central appelé l'Alliance. Cela vous dit quelque chose ? Il y a beaucoup d'activités criminelles à bord du vaisseau spatial, y compris des réseaux de contrebande, des chasseurs de primes et des corps congelés, et beaucoup de tensions sexuelles entre Malcolm "Mal" Reynolds (Nathan Fillion) et Inara Serra (Morena Baccarin). Une série idéale pour un long week-end de beuverie, puisque la série a été annulée après une seule saison, à la grande déception de ses fidèles fans. -Joyce Chen

3. Cowboy Bebop

Créé par : Hajime Yatate
Réseau original : TV Tokyo

Tous les débats sur la question de savoir si oui ou non Cowboy Bebop-Shinichir ? le chef-d'œuvre de science-fiction de Watanabe - est le summum de l'anime - est un débat sémantique. Il l'est, point final. Son mélange particulier d'intrigues cyberpunk basées dans l'espace, d'atmosphère occidentale, d'action d'arts martiaux et de noir cool sous forme de seinen est inégalé et très attrayant. Ses thèmes existentiels et traumatisants sont universellement racontables. Son groupe hétéroclite de personnages de chasseurs de primes est complexe et imparfait, tout en restant très cool. L'avenir qu'il présente est ethniquement diversifié et étrangement prévisible. Son doublage en anglais, avec certains des plus grands talents américains de voix off à plein temps, équivaut en quelque sorte à l'original sous-titré en japonais. Ses 26 épisodes sont presque parfaits, et les épisodes qui auraient pu remplir une autre série sont serrés, tendus et servent la thèse de la série même s'ils ne détournent pas l'attention de l'intrigue générale, qui est convaincante mais non dominatrice. Elle est accessible à de nouvelles mains et récompense encore les anciens à chaque fois qu'ils la regardent. La magnifique bande-son et la partition de Yoko Kanno, très jazzy, se suffisent à elles-mêmes. Son générique de début est immaculé. Il s'agit d'une propriété originale, pas d'une adaptation. On a l'impression qu'il s'agit d'un opus magnum produit au sommet d'une longue carrière, bien qu'il s'agisse, ce qui est presque incroyable, de la première série de Watanabe en tant que réalisateur. C'est un chef-d'œuvre qui devrait à juste titre se classer parmi les meilleures œuvres de la télévision de tous les temps, sans parler des anime. Nous attendons avec impatience un rival. Nous ne retenons pas notre souffle. -John Maher

2. Battlestar Galactica

Créé par : Glen A. Larson (original), Ronald D. Moore, David Eick
Les étoiles : Edward James Olmos, Mary McDonnell, Katee Sackhoff, Jamie Bamber, James Callis, Michael Hogan, Aaron Douglas, Tricia Heifer, Grace Park, Tahmoh Penikett
Réseau original : SyFy

Il y a souvent une dichotomie dans l'art entre l'épique et le personnel. Les petites histoires, celles qui traitent du genre de défis que nous rencontrons régulièrement - la famille, l'amour, l'amitié, le travail, l'argent - sont liées parce qu'elles sont familières. Nous regardons des films épiques comme Braveheart ou Le Seigneur des Anneaux pour nous retrouver pris dans des luttes bien plus grandes que celles auxquelles nous sommes confrontés et hériter par procuration de la satisfaction de les voir surmontées. Mais ensuite, nous lisons des romans avec des intrigues minimales pour voir des gens comme nous faire les mêmes erreurs stupides que nous et sortir de l'autre côté en ayant changé. La science-fiction est presque entièrement le domaine des récits épiques - la relation qui s'établit est complètement occultée par le sort de l'humanité qui est en jeu. C'est l'une des principales choses que les fans de science-fiction aiment dans ce genre et aussi ce que beaucoup de gens détestent. Donc, quand les gens disent que Battlestar Galactica est une série qui a un attrait plus large que la science-fiction, c'est en partie ce qu'ils veulent dire.

Le créateur Ronald D. Moore a pris les bases d'une série des années 1970 et les a complètement réimaginées, apportant un réalisme que la science-fiction n'avait jamais vu auparavant. Le vaisseau lui-même vieillit et est exigu. Les quartiers sont claustrophobes, ce qui amène leurs habitants à vivre dans un aquarium hyper-sensible - tout le monde se mêle des affaires des autres. Mais là où Battlestar Galactica l'emporte sur les autres histoires de science-fiction dans les détails, il les bat aussi à leur propre jeu épique. Chaque saison, l'histoire principale se déroule à la vitesse de la lumière. Un nombre limité de modèles Cylons sont de parfaites répliques humaines - des "skinjobs" qui ont infiltré la flotte humaine. Leur relation avec l'humanité se complexifie au fur et à mesure que des désaccords surgissent dans leurs rangs. Et la recherche de la Terre mythique par l'humanité est pleine de surprises constantes.

Presque chaque saison est meilleure que la précédente (même le désordre malencontreux d'un final a ses moments émotionnellement déchirants). N'ayant aucune civilisation extraterrestre à découvrir, Moore tourne son objectif vers l'intérieur sur les espèces que nous connaissons le mieux. Toutes les tensions de la vie sont examinées : la religion contre la science, la sécurité contre la liberté, les besoins du plus grand nombre contre les besoins de quelques-uns, la conscience contre la loyauté, la passion contre l'engagement. Et la grande question de l'émission - "Que signifie être humain" - est explorée à tous les niveaux, petits et grands. (Note pour les nouveaux téléspectateurs, assurez-vous de regarder d'abord la mini-série) -Josh Jackson

1. Star Trek : the next generation

Créé par : Gene Roddenberry
Les étoiles : Patrick Stewart, Brent Spiner, Jonathan Frakes, LeVar Burton, Gates McFadden, Michael Dorn, Marina Sirtis, Wil Wheaton
Réseau original : CBS

La série originale était pionnière. Deep Space Nine et Voyager ont eu leurs moments. Mais TNG a été la tête et les épaules de la plus grande franchise Star Trek (et l'une des meilleures séries de science-fiction de tous les temps). Jean Luc Picard. Data. Worf. Le holodeck. Les Borgs. Gene Roddenbury ne devait pas avoir un seul os cynique dans son corps. Voir ses personnages explorer d'étranges nouveaux mondes, chercher de nouvelles vies et de nouvelles civilisations, et oser aller là où personne n'est allé auparavant, je ne l'ai pas fait non plus. -Josh Jackson


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Entrez votre e-mail et bénéficiez d'offres uniques et de toutes nos informations en avant-première !